mercredi 20 juin

Maman a toujours raison

pixel2_033

Je me suis conduite comme J[....] et J[.......] à la fois. Ces deux mêmes qui chacun leur tour ont tué le peu de naïveté enfantine qu'il me restait au fond du coeur, il y a trois ans.
Pourquoi avoir fait ressurgir tout cela sur Elle?
Elle...et son erreur similaire à la mienne. Elle et sa fâcheuse tendance à reproduire mon passé. Elle et ses allures de corbeaux, elle et ses divers couteaux, elle et sa haine envers le monde, envers moi et sa propre personne.

Ard_che_051

Pourquoi? peut-être parce que j'avais le simple besoin de déverser l'accumulation de toute une (si) courte vie. Loin de moi l'idée de faire souffrir autrui, comme moi j'ai souffert...Non plus celle de vouloir partager ma douleur, je voudrais l'oublier.[Elle mettra du temps et j'en suis navrée mais je refuse de continuer à vivre dans l'hypocrisie]. Juste de décrocher les sacs de ma montgolfière pour prendre davantage d'altitude, me débarrasser des encombrants; Je ne me sens pas plus libérée, mais j'ai assommé, avec mes sacs, une fille que j'ai aidé à tomber. C'est déjà ça, j'ai envie de dire, ma cruauté n'ira pas jusqu'à la petite note d'humour sarcastique(pour une fois). Ai-je quoi que ce soit à me reprocher (à part avoir beaucoup à apprendre sur les rapports humains) ? D'avoir joué au vilain jeu de mes propres bourreaux. Ceux là étaient des enfants inconscients de ce qu'ils m'infligeaient, je crois...Aujourd'hui je reproduis la scène, totalement consciente de mes actes. Elle me conseille de grandir, je ne sais que dire. Est-elle mal placée pour se le permettre? A-t-elle besoin qu'on lui rappelle, à elle aussi qu'elle est une enfant? Ou bien se place-t-elle tout simplement en position de victime ? (ce qui lui va aussi bien qu'à moi)
A 15 ans on a le droit de reconnaître qu'on est encore une enfant. Qu'on est vraiment loin de tout savoir de la vie. Enfant en manque de reconnaissance que je suis. Elle est moi. Moi en version primitive. Non je déconne, je voulais juste dire qu'elle me rappelle moi quand j'avais 12/13 ans. Quand j'avais prit conscience de ce que j'avais perdu déjà, et que, oui, dans la vie, on est souvent déçus.

f_te_des_m_res_113

Révélation, alors, qui marqua le commencement de ma pleine adolescence...Chose qu'on devrait avoir le temps de voir passer. On m'a imposé ce changement, alors que j'aurais préféré jouer encore quelques temps à la poupée. Après il y a eu le cancer puis le décès de mon père. Le temps de son agonie j'ai vite comprit que les bons moments on ne les passait pas cloîtrée dans sa chambre devant un ordi. Refusant de les passer avec mes débiles de copains et leurs débiles de bières, je profite de ma maman dont les bons conseils me permettent aujourd'hui de penser juste, je crois, parce que rappelons-le, ma mère a toujours raison.

Ard_che_020

Posté par bouh à 21:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Maman a toujours raison

    Magnifique ce papillon qui se détache parfaitement sur le fond.

    Posté par Dufy, mercredi 31 octobre à 11:07 | | Répondre
  • Dissection du cadavre de l'ame humaine

    salut a toi illustre inconnue.
    Je vois que, tout comme moi, et des millions d'autres personnes, tu change, te pose pas mal de questions.Et tu souffre.
    Permet moi de t'apporter quelques éléments de réponse qui j'espère t'aideront même s'ils peuvent te sembler opaque de prime abord.
    Tout d'abord il faudrait que tu prenne pleinement conscience que sans la souffrance le monde n'existerait pas. La souffrance, aussi bien physique que psychique est le lot de l'humanité toute entière.Cela te parait sans doute évident, mais as tu REELEMENT pris le temps d'analyser ta souffrance? De la comparer au millions d'autre petites fille qui ont perdu leur papa? ou leur maman? ou les deux?Ta souffrance est ton moteur ultime, couplé a ta recherche du bonheur ils peuvent changer la face du monde, ou du moins ta vie. Vois les épreuve que tu traverses comme une bénédiction. La perte d'un être cher est un chose rare qui doit être considéré comme précieuse, bien que douloureuse. Car trop peu de gens ont la chance ( car oui, s'en est une) d'être confronté a cette épreuve. C'est en souffrant que l'ont nait, c'est en soufrant que l'on grandit, c'est en soufrant que l'on se construits. Imagine un monde sans souffrance... Oui c'est impossible...
    Garde ça en tête. Ta souffrance est une chance.Ta souffrance est commune a celle de milliard d'être humains. Ta souffrance est ta vie. Accepte la. Remercie la. Elle a déjà changé ta vie.


    Aussi par rapport au voile, que tu décris entre toi et le "peuple de la bière" (dont je fais activement partit soit dit en passant ^^). Je tient a te signaler que tu es la seule a créer se "voile". Pour te protéger -mais vu t'es capacité d'introspection tu as déjà du en prendre conscience-. Plus tard tu regretteras de ne pas t'être amusée. Sors. Va voir un concert de reggae. Fume un pétard d'herbe, bois une bonne binouze bien fraiche ( le tout avec modération pour ne pas finir comme moi noyé sous un magma incessant de pensée anarchique, bien que parfois géniale). La vie est belle, car au milieu de ce samsara de souffrance ce trouve de véritable oasis de bonheur. Dépasse toi, et ta position égocentrique de victime bien trop confortable. Sors de ton inertie juvénile! Ton temps est précieux!!! Profite des dernières réminéscence de ton enfance perdu avant qu'il ne soit trop tard, avant que tu ne soit formatée par cette société. J'aimerai te parler du bonheur et de sa recherche, mais le temps me manque. J'espere t'avoir aider. Meme juste un peu...


    Lorsque tu es face a un choix, La seule question a se poser est : Est-ce que ce choix, cette direction me conduira au bonheur?

    Amicalement HiDeN

    Posté par HiDeN, mardi 27 novembre à 08:29 | | Répondre
Nouveau commentaire